Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 10:01

Vacances.

 

6 semaines pleines, 4 régulières, une en bricolant mes jours de départ et d’arrivée, et une d’heures supps'.

 

Le genre de plan qui doit bien énerver ma future ex-cheffe, car cela la prive de pouvoir me demander des dépannages… déjà que je m’arrangeais ce premier semestre pour me tenir hors de portée: j’avais trouvé comment organiser mon agenda de manière à ne lui laisser aucune chance de se rabattre exclusivement sur moi – marre à la fin…

 

 

Déjà 10 jours passés à freiner en douceur si je puis dire : ma recherche d’emploi a bien fonctionné, quelques rendez-vous, dont l’un où je sentais que l’on me voulait, et vite. Décidément mon profil est précieux pour les soins à domicile : dans dix jours, deuxième entretien succédant à l’un des plus prometteurs, et cette fois-ci je pense que c’est pour que la responsable de centre me présente, en tant que premier choix, à sa hiérarchie, car la rencontre se déroulera au siège administratif.

 

Et puis, si cela se fait, je me retrouverai à travailler avec une connaissance de l’époque de mes études : on s’est reconnues à l’entretien, elle faisait partie de la volée d’un an plus jeune que la mienne, et qui selon l’usage avait donné un spectacle public d'un soir pour fêter notre diplôme – l’année précédente, c’est ma volée qui avait salué l’envol des jeunes professionnels… et je lui avais prêté des pièces de ma garde-robe « cuir-punk ». De sacrés souvenirs!

 

 

 

 

 

 

Puis au débotté et après trois échanges par SMS, j’ai sauté dans le train pour aller voir mes potes de Bienne, et savourer une fondue extra à La Neuveville, à la buvette du bord du lac. Et le lendemain, retour ici en milieu d’après-midi, j’ai fait la méduse, histoire de laisser mon organisme se reposer de tant de sollicitations : plat chargé et salé, plus alcool dont je n’ai pas l’habitude… tout pour bien faire. Et je suis revenue avec… ma première paire de chaussures Birkenstock ! Ils en font de jolies à présent, je suis donc l’heureuse propriétaire d’une paire avec simple bande sur le coup de pied, orange avec effet peau-de-serpent. J’entends d’ici les récris de Christina Cordula : "Aille, ma chériiiie, ça ce n’est pas mag-ni-faïque ! ».

 

 

Le chat est à mes basques, mais seulement le temps que j’aie le déclic : ses croquettes le lassent, il voulait de la pâtée. C’est bon, monsieur est servi. Il reprend son indépendance, c’est l’heure de la toilette.

 

 

Un moment sur le balcon pour le tidéj, et quelques mots croisés ; c’est l’averse qui me fait rentrer, elle tombe dru, la température chute. Aujourd’hui, je vais aussi me la jouer contemplative. Besoin de ça pour reprendre tranquillement ma validation d’acquis ces prochains jours. Le schéma et la table des matières ont en place, je n’ai plus qu’à remplir les cases, comme un puzzle géant. Et ça grâce à ma coach, qui a été éclairante et efficace.

 

J’ai 5 semaines pour peaufiner ce dossier, et ensuite 5 semaines pour préparer mon départ de mon job actuel, si tout va dans le sens d’un engagement dès octobre au poste que je vise. Et je vais avoir bien besoin de négocier ça en douceur : je sens en effet que le millepertuis, s’il m’a soutenue ces derniers mois, ne suffit plus vraiment - j'ai le vague à l’âme le matin, je me demande si je ne suis tout simplement pas épuisée de ces derniers mois passés à mesurer un peu plus chaque semaine le radical changement d’ambiance au taf, et la lourdeur des retombées d’une coordination calamiteuse qui semble en voie de solidification.

 

 

Et puis, mon pouce droit, sévèrement endommagé vers mes dix-huit ans lors d’un entraînement de volleyball, et qui avait mis tellement de temps à me fiche la paix… eh bien, le voilà qui se manifeste à nouveau – pour des prises fermes ou un effort particulier à faire, je ne peux utiliser la pince pouce-index qu’au prix d’une douleur lancinante. Faut que je mette tout ça au repos – attelle ou plâtre ? Je dois montrer ça à ma daktari.

 

Hier j’ai mis en garde par mail une connaissance parisienne qui veut absolument qu’on se téléphone – pour un tas de très bonnes raisons, c’est hors de question, et je lui réponds en donnant des nouvelles par mail, ce qui le met visiblement hors de lui. Il me harcèle sur mon répondeur… et m’a même insultée, probablement alcoolisé. Remis en place, il s’est excusé en 3 mots : ça me suffit, s’il ne recommence pas.

 

 

Un dimanche calme devant moi ; peu de lumière, il fait gris, j’entends les bruits de la rue mâtinés de l’écho particulier que la chaussée mouillée induit… Semaine à venir assez remplie, par des visites chez le médecin, l’esthéticienne, la dame qui s’occupe des zongles. Prendre soin de soi, garder ce cap, ne pas s’oublier, surtout pas sur les futilités.

 

 

Je vais vers plus de sécurité : l’altruisme salarie mal ses employés, et en retrouvant un employeur réglo de ce point de vue, quelque chose pourra se redilater. La perspective de préparer mon matelas pour la retraite sans ramer ni bouffer des nouilles à partir du 10 du mois fait partie des « plus » auxquels je n’avais pas forcément pensé, et vers la fin de l’entretien prometteur dont je parlais, on a inopinément abordé la question.

Quelque part ragaillardie, je réfléchis à la perspective de pouvoir lâcher d'ici quelques années une part de pourcentage de travail pour me replonger dans les autres projets mis de côté pour l’instant : la plateforme pour formateurs d’adultes, j’y songe, j’y songe.

 

 

Mais attendons le 29 pour crier victoire...

 

En somme… je vais bien, malgré les couacs du moment.

Partager cet article

Repost 0
Published by Clémentine
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Clémentine
  • Le blog de Clémentine
  • : Mmmhhh... voyons voir. Il va y avoir: - des billets d'humeur - les trucs du quotidien qui me font gondoler - vous aussi, si tout va bien - des réflexions éthiques (eh oui, je m'en pique) - les aventures de Zorro le chat, qui apprend la vie en sautant dans une baignoire ou des WC qu'il croit vide ou au couvercle rabattu - des choses comme ça, quoi
  • Contact

Recherche