Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 22:18

 

 

Pas moyen de me défaire de cette crève, ça va ça vient.

Vu ma grande cheffe pour lui signaler les dérapages du médecin qui me fait chier depuis un moment : on passe le cap de la résistance au changement pour arriver à la mise en danger des personnes, sur deux personnes différentes. En fin d’entretien, elle me dit que comme ma responsable directe est au tapis pour dix jours encore, elle me verra personnellement pour suivre l’affaire.

 

Je pense que ce qu’elle a aussi en tête, c’est de prendre ma température – ma voisine de bureau, sans doute par bienveillance, lui ayant parlé en douce du fait que « je n’allais pas bien ». Manière étrange de reporter une de nos conversations, où je lui avais fait part de ma décision de relancer mes recherches de job, en lui recommandant le silence, qu’elle m’avait pourtant assuré …

 

Faisons le bilan : pour remplir sa fonction, il faut trois choses à un employé – j’ai appris ça en HES, ma filière côtoyant étroitement celle des gestionnaires d’entreprise : un cahier des charges clair, la reconnaissance de son statut par les collègues, et des outils qui permettent d’accomplir les tâches.

 

J’estime que l’outil, cette application de merde, est inadéquate et à la limite du dangereux : il suffit d’une petite case qui n’a pas été cochée pour qu’un examen de sang soit oublié, laissant passer l’échéance du réglage d’un anticoagulant majeur. Par ailleurs, les nombreuses erreurs générées par le mode opératoire de l’application quand elle est transmise aux planificatrices causent des pertes de temps et d’énergie qui conduisent à des comportements maltraitants. De plus, nous venons de recevoir de nouvelles directives pour remplir les formulaires de l’application, du moins le mot de « facturation exacte » a été prononcé ! Donc, du boulot supplémentaire à venir…

J’estime que les réponses fuyantes de mes collègues d’appoint quand elles sont mises devant leurs oublis et leurs erreurs, ça passe les bornes – celle à qui j’ai montré le papier officiel désignant l’appoint comme devant remplir le même cahier des charges que la référente qu’elle remplace a osé prétendre que je pouvais demander que l’appoint règle les paperasseries seulement quand une seule me remplaçait pendant mes vacances. Comme quoi, puisqu’elles avaient été trois à prendre le relais, aucune des trois n’avait à se préoccuper de tenir les dossiers en ordre… D’où le bordel administratif costaud que j’ai dû affronter en rentrant de vacances. J’ai demandé un entretien à ce sujet à ma responsable, celle qui est au tapis pour dix jours, et en est à son deuxième congé-maladie de deux semaines depuis que je suis là.

 

Je me donne donc toutes les chances de prendre appui sur les bugs pour améliorer la marche du service.

Il reste que je n’ai que mon cahier des charges qui soit OK.

 

Malgré mon plaisir immense à côtoyer les clients, à mettre en œuvre tout ce que je peux pour leur maintien à domicile, je sens venir la crise d’urticaire qui signifie que je me sens coincée. En attendant, trop de jours où je soigne un rhume, mon dos, où j’ai les larmes qui coulent parce que sur le point de partir à l’heure pour une fois, on me rattrape sur le seuil pour me demander encore une heure de boulot.

 

L’équation est claire… je vais annoncer à ma grande cheffe que je vais m’en aller : ça fait plus de dix ans que j’ai décidé de ne pas soigner les gens en foutant en l’air ma propre santé.

 

J’ai donc relancé ma chasseuse de tête, qui se remet au boulot. Elle me demande l’échéance… octobre en tous cas, mais plus tôt si je peux obtenir des congés pour terminer ma formation.

 

Ça suffit… la plaisanterie a assez duré.

Partager cet article

Repost 0
Published by Clémentine
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Clémentine
  • Le blog de Clémentine
  • : Mmmhhh... voyons voir. Il va y avoir: - des billets d'humeur - les trucs du quotidien qui me font gondoler - vous aussi, si tout va bien - des réflexions éthiques (eh oui, je m'en pique) - les aventures de Zorro le chat, qui apprend la vie en sautant dans une baignoire ou des WC qu'il croit vide ou au couvercle rabattu - des choses comme ça, quoi
  • Contact

Recherche