Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2015 7 19 /04 /avril /2015 18:48

 

 

Zorro revient de ses vadrouilles nocturnes détrempé, s’ébrouant comme un chien – merci les gouttelettes froides en douche.

Je l’étrille, c’est réglo.

Pourquoi revient-il le matin en insistant pour que je me lève, même lorsqu’il a eu son ragoût de croquettes, je ne saurais le dire. Manque de compagnie ? Bestiole déposée en offrande sur le sol, que je vais découvrir avec un frisson de dégoût et de compassion, puis évacuer dans du papier-ménage en congratulant mon carnassier?

Pas de gibier mort, nulle part.

 

Alors en plus d’un katz boulimique qui frise les 8 kilos, qui s’arrache des touffes de poils, j’ai un petit compagnon abandonnique, faut croire.

Rhô bon.

 

Un mec qui s’accrocherait comme ça, ça me gonflerait…

Vous ai-je déjà raconté qu’il ne sait pas glisser sa patte derrière une porte entrouverte pour la tirer vers lui et se frayer un passage ? Plus précisément, il a su, mais ne le fait plus. Il s'est rendu dépendant; il minaude, peut-être. Ou alors, il rampe, toutes fesses dehors, sous le meuble pour en contourner le pied et se faufiler dans le goulet. Par contre, pousser contre le panneau dans l’autre sens, et m’écraser les orteils, achevant de me tirer de mon demi-sommeil lorsque je me lève au milieu de la nuit, ça, il sait.

 

Sagouin.

 

 

 

Mon vieux pote est avec ses mouflets à Lutèce, de retour ce soir ; on a une raclette en retard. Hier, une mouche m’a assez piquée pour que j’expédie ma feuille d’impôts au moyen du super-logiciel – moins compliqué que celui qui m’est imposé au boulot.

 

Il fait moche mais pas trop; pas de quoi me fiche la migraine avec le soleil de ces derniers jours – décidément, je deviens fragile si même ça est de trop, moi qui ai passé des années aux fouilles sur des terrains découverts.

Ma masseuse me parle de diminuer le gluten dans mon alimentation… et en sortant de mon grand magasin local avec un paquet de pâtes spécial, je récolte un bon renseignement : la caissière me parle d’un ostéo capable de débusquer, en travaillant sur le viscéral, un certain nerf coincé qui lui aurait donné un bidou de femme enceinte.

Ma foi, je vais essayer.

Devant moi, encore deux jours de liberté. Je n’ai rien d’autre en tête que de récupérer, de nettoyer les scories du stress de ces dernières semaines.

 

Alors je vague sur la toile, cherchant des compléments d’information sur l’hypersensibilité, et cette nouvelle théorie sur les HP : les profils complexe et laminaire.

 

Pas de doute possible : si je tiens ce blog, si j’y pose tout ce qui me choque, m’interpelle, quitte à ressasser sans fin mes peines, c’est parce que je suis hypersensible – besoin de dégager en corner les cent épines qui se fichent dans ma chair au quotidien. Le bruit, la foule, tout est souffrance, certains jours encore plus que d’autres.

Hypersensibilité : http://fr.wikipedia.org/wiki/Hypersensibilit%C3%A9_(psychologie)

 

Comprenez bien : personne ne m'aide en me disant que je suis trop compliquée, ça ne va pas faire avancer le schmilblick. La remarque est même d’un déplacé… parce que si ça vous fait du bien ou même vous paraît une remarque anodine, à lun hypersensible ça va faire terriblement mal. Et rappelez-vous bien ceci aussi : personne ne peut décider ce que quelqu’un d’autre peut ou doit supporter.

 

L’autre piste que je suis, ce sont ces deux profils de HP, le complexe et le laminaire.

http://centre-psyrene.fr/les-deux-formes-d%E2%80%99expression-du-haut-potentiel-intellectuel-chez-l%E2%80%99enfant/

 

Il y a plein de HP dans ma famille, et plus de complexes que de laminaires.

Je suis complexe (oh, sans blague…).

J’estime que j’ai bien évolué, je veux dire que pour être partie d’un profil complexe, j’ai eu la chance de pouvoir travailler constamment avec des psys pour accepter ma nature et digérer les événements. Ouais d’accord, j’ai aussi décidé de le faire… mais ça semblait être la seule voie de salut, tellement je traversais la vie en écorchée vive.

Aller en séance de thérapie, c’était marcher (de chez « marche ou crève »).

 

La putain de vache de randonnée que je me suis tapée, là…

 

Si vous êtes hypersensible, je n’ai pas besoin de vous en dire plus.

 

Et si vous ne l’êtes pas, sachez bien que si vous devez en côtoyer par obligation, c'est mieux de les éviter gentiment si vous ne pouvez pas les supporter.

 

Sinon, ils sont à prendre comme ils sont, sans leur conseiller quoi que ce soit ; écoutez-les, quittancez, validez (sans doute la chose la plus difficile à faire). Tant pis si vous ne vous en allez pas avec le sentiment gratifiant de leur avoir donné des conseils dont ils n’ont pas besoin - mais alors vraiment pas... surtout quand c'est de l'ordre d'un conseil aussi nul que de cesser d'avoir les yeux bleus. Et gaffe aux prétextes que vous donnez pour vous en aller : les justifications, c’est suspect.

 

Ce sont de véritables radars, ils ont l'oreille absolue lorsque ça sonne faux.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Clémentine
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Clémentine
  • Le blog de Clémentine
  • : Mmmhhh... voyons voir. Il va y avoir: - des billets d'humeur - les trucs du quotidien qui me font gondoler - vous aussi, si tout va bien - des réflexions éthiques (eh oui, je m'en pique) - les aventures de Zorro le chat, qui apprend la vie en sautant dans une baignoire ou des WC qu'il croit vide ou au couvercle rabattu - des choses comme ça, quoi
  • Contact

Recherche