Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juin 2015 7 28 /06 /juin /2015 17:05

 

 

Je me surprends à aller guigner sur le site de l’école professionnelle que j’aurais voulu accomplir quand j’avais 20 ans.

Séance d’information… dossier de candidature… tests de régulation…  rien n’est hors de portée.

 

Le seul truc qui cloche, c’est de disposer de 4500 thunes par mois pendant 3 ans.

 

Une paille.

 

Qu’est-ce qui me prend ?

 

Oui, OK, d’accord, j’aurais pu accomplir cette filière à la place de celle suivie il y a 10 ans – un choix que je voulais radicalement opposé et que je ne regrette pas, ça m’a ouvert de merveilleuses perspectives, une bouffée d’oxygène pur.

C’est fait, c’est fait. Je ne regrette pas. Mais quelque part, réparer un choix douteux, et corriger le montant de la facture émotionnelle qui m’arrive à présent passerait par un retour en arrière dans la mesure du possible.

 

Et devenir ergothérapeute, ce serait fermer une espèce de bonde qui fuit depuis plus de 30 ans.

 

Tu vois, lecteur, je recevrais comme ça 162 000 boules, (4500 x 36 mois), et ben ce serait vite vu, claro que si, je me lancerais, oh voui, et comment.

 

Je ne sais pas comment ils pourraient arriver, tous ces sous. Par la vente du chalet dont ma sœur et moi allons hériter une fois ? Autant spéculer sur la mort de la mère…

Jouer à l’Euromillions ? Ça me fatigue rien que de penser aller chercher un billet et cocher des cases.

 

Mais rien que de retrouver un rêve, alors que je voyais l’avenir bouché… je respire mieux. Penser à autre chose que les chiantes démarches à faire à partir de septembre. Les calculs incessants pour équilibrer les jours de travail, le budget…

 

Voilà, ça donne une autre dimension à ces semaines de vacances.

 

Passons à Zorro : depuis 4 jours, dialogue de sourds entre nous deux, avec son pipolino distributeur-de-bouffe-sur-mouvement.

Je ne sais pas s’il va manger ailleurs, ou si son indolence prend le pas sur sa faim, on dirait qu'il ne mange presque rien: ses bouchées habituelles ne le stimulent guère, celles qui tombent du bidule ne le tentent pas trop.

Mais il semble vaguement comprendre depuis ce matin que de succulentes nouvelles croquettes remplissent son pipolino. De temps en temps, je l’entends vaguement s’affairer pour récupérer quelques bouchées.

 

En tous cas, il a cessé de me relancer systématiquement ; oui il miaule plus que d’habitude. Oui, je le raccompagne régulièrement vers son dispositif, que j’ai changé de place pour avoir un à-plat de mur permettant de cacher quelques appâts entre deux, et le forcer à mettre le museau dans l’espace pour l’élargir, faire rouler le strub histoire qu’il libère d’autres boustifailles.

 

Il mange moins, c’est certain, puisqu’il lui faut gagner son frichti ; il s’arrête donc lorsque la première faim est calmée. Il s'alimente par collations.

 

Je redouble de câlins attentifs, de patience, d’attentions…

 

Là, il dort en rond sur mon jeans posé par terre.

 

Gros chat, je t’aime fort.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Clémentine
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Clémentine
  • Le blog de Clémentine
  • : Mmmhhh... voyons voir. Il va y avoir: - des billets d'humeur - les trucs du quotidien qui me font gondoler - vous aussi, si tout va bien - des réflexions éthiques (eh oui, je m'en pique) - les aventures de Zorro le chat, qui apprend la vie en sautant dans une baignoire ou des WC qu'il croit vide ou au couvercle rabattu - des choses comme ça, quoi
  • Contact

Recherche