Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 17:52

 

 

Zorro aura mis presqu’une semaine à accepter le système du distributeur de croquettes mobile…

Jamais autant entendu sa voix, en tant de nuances. J’ai dû le raccompagner bien une cinquantaine de fois jusqu’au cylindre de plastique, posé à un endroit inhabituel pour lui – faut que ça puisse rouler librement. Avec moult câlins, gratouillis, encouragements, je lui ai montré la croquette à choper, il a fini par attraper le coup. Mais une fois que le système bute contre un obstacle, il n’a pas le réflexe de passer derrière ou de le ramener d’un coup de patte. Un cerveau aller simple, quoi… de même que pousser du museau sur un battant de porte est OK, mais pas le contraire (tirer avec la patte).

Il se restaure donc par collations, au lieu de goinfrer une moitié de gamelle en une visite. Trop tôt pour voir des résultats tangibles, mais en tous cas notre communication se réorganise.

Au moins !

 

Il continue certes à vouloir m’attirer là où son frichti lui a toujours été servi. A part ça… il doit aussi réguler son absorption d’eau : par-dessus un épisode où il avait bien rempli son estomac, trop boire a tant fait gonfler son contenu qu’il en a tout dégobillé ; mais sur le lino, et heureusement.

 

Et puis il faudra qu’il se réhabitue aux croquettes habituelles : pour démarrer l’apprentissage, j’ai utilisé des alicaments spéciaux pour chats, luxe et régime en même temps. Voilà voilà.

 

Oh, un cycliste vient de se faire shooter par une voiture à peu près sous mon balcon… quel bruit sinistre.  Il a l’air d’aller, il y a bien assez de monde autour de lui, choqué et assis à terre. Le conducteur qui a l’air âgé et aux pives, n’a même pas encore pensé à aller mettre son triangle de panne. Si un autre conducteur s’engage sur la présélection avant le virage, il risque d’aller s’encastrer dans la première bagnole.

Oh, voilà des badauds, des concernés qui posent leur caisse un peu n’importe où pour voir s’ils ne pourraient pas brasser encore un peu plus d’air…

Oh, pimpon, voilà du monde des services publics… rien à dire sur la rapidité d’intervention, en tous cas : ça doit faire juste 6 minutes que c’est arrivé. Et un motard de la police, un.

On attend les ratons-laveurs.

Bi-bu-bi-bu-bi-bu, oh, les voilà : même pas une ambulance, il ne doit y avoir que des égratignures et un bon choc psychologique. Le groupe-accident avec sa camionnette d’interrogatoire…

 

 

Quant à moi, j’ai un mois de vacances derrière moi, et enfin je me sens à flot, physiquement et psychiquement. Je m’active un peu pour le travail que je dois rendre pour le brevet, même si l’échéance est pour octobre ; c’est surtout parce que mon partenaire de tandem me sollicite que je m’y mets, sinon j’attendrais la der. Bon il va falloir bâtir une petite présentation orale, ce qui me fait sombrement chier…

Je vais y aller doucettement sur juillet… mettre en forme, vérifier la conformité aux consignes, l’exhaustivité de mon exposé… dédoubler ma réflexion personnelle, qui ne se rendra qu’à partir de décembre…

Je réfléchis déjà aux personnes que je pourrais inviter à participer au cours que je dois donner pour parachever le module, si le cours pour les étudiants ne convient pas, en date, à mon évaluatrice ; mon vieux Nick, déjà. Et cette nouvelle relation qui pourrait bien devenir une bonne copine, une toute fraîche ex-collègue du taf que j’abandonne. Il faudra en trouver encore une au moins, et une ou deux de réserve – en fait, le groupe doit au moins compter 3 personnes, c’est plus cool que les 6 qui étaient requises il y a 5 ans ! Je songe à l’offrir à une de mes camarades de module, qui en chie pas mal, et à qui un truc gratuit pourrait faire plaisir.

 

Quoi d’autre ? Une agence m’a relancée, j’ai rendez-vous tout à l’heure avec le recruteur. Et puis j’ai vu une offre d’emploi qui m’aurait bien intéressée, un poste au sein d’un groupe d’intervention psy à domicile. Mais lors du téléphone avec la personne à contacter, mauvais feeling : impatientée, répondant à côté de la plaque et donneuse de leçons. Si je dois collaborer avec cette personne, ça ne va pas le faire. Et ma priorité à présent, c’est de travailler en bonne intelligence avec une équipe.

 

Température étouffante dans l’appart’, ventilo en route toute la nuit. Je bénis le hasard qui me libère de travailler pendant tout cet été, et qui de plus a fait que les fouines n’ont pas bousillé la voiture alors que j’en avais besoin pour les tournées.

 

Bien… c’est bientôt l’heure d’aller voir mon recruteur, je n’ai pas encore déjeuné. Je dois aller dans le quartier où habite mon ex-partenaire formatrice, celle que j’ai congédiée pour inertie et comportements de fille habituée à se faire servir. Peu de chances de la rencontrer, mais va savoir.

 

Allez, on bouge.

 

XXXXX

 

J’ai bougé. En oubliant la moitié de ce qui m’était nécessaire pour remplir le programme prévu ! Mais pas de hasard, encore une fois : j’aurais dû me traîner encore dans mon quartier aux heures les plus chaudes, alors ce sera pour demain matin.

Entretien détendu, deux recruteurs en face de moi, discussion à bâtons rompus, au point qu’on en oublie de parler salaire-horaire. Des gens qui ont compris que tout est dans le sourire et le lien, et me parlent déjà de missions longue durée quelque part pas très loin de chez moi.

 

 

Les deux ventilos sont en route, je m’aperçois que j’ai deux jours de formation qui vont tomber au maximum de la canicule vendredi et samedi, ça va être coton.

 

Je me laisse aller, ne pas lutter contre la sensation que le cerveau devient liquide… Un jour après l’autre.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Clémentine
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Clémentine
  • Le blog de Clémentine
  • : Mmmhhh... voyons voir. Il va y avoir: - des billets d'humeur - les trucs du quotidien qui me font gondoler - vous aussi, si tout va bien - des réflexions éthiques (eh oui, je m'en pique) - les aventures de Zorro le chat, qui apprend la vie en sautant dans une baignoire ou des WC qu'il croit vide ou au couvercle rabattu - des choses comme ça, quoi
  • Contact

Recherche