Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 08:17

 

 

Elle est bien bonne, celle-là, attends que je t'explique.

 

Je vois hier une énième recruteuse de boîte intérimaire – ça fait la 4ème - plus pour ne pas avoir de remords d’avoir laissé passer une chance de pêcher des missions, que pour quelle qu’autre raison.

 

Vu  mes dernières réflexions, j’annonce donc la couleur : envie de consolider mon projet de formatrice / écrivain public. J’ai décidé de passer sous silence la très éprouvante expérience de cette dernière année : après tout, en disant que j’ai pris du temps pour réfléchir à mon avenir, je ne dis que la vérité, car la question s’est posée avant la fin de la période d’essai.

 

Tout-à-coup elle marque un temps d’arrêt, regarde mon dossier… je lui dis « Vous avez une idée en tête ? », et la voilà qui me demande si je serais intéressée à devenir recruteuse dans sa boîte !

 

Elle m’y voit bien, pour un tas de raisons, mais principalement à cause de ce que je dégage comme qualité d’écoute et bienveillance. Et puis elle a besoin de quelqu’un de bien au fait du domaine para-médical, qui puisse poser les bonnes questions en entretien, vérifier discrètement que le bagage est bien celui que les candidats disent avoir.

Oh que voui, ça m’intéresse, c’est assez proche de ce que je faisais comme formatrice lorsque je ne donnais pas un cours : des entretiens de candidature et des coachings de mi-formation. Elle prend un moment pour me décrire de quoi c’est fait… Je m’y retrouve bien, il s’agit aussi de remettre doucement en selle des personnes qui ont vécu une mauvaise passe, qui ont besoin de faire des expériences positives pour reprendre confiance, tiens donc, comme je connais ça ! Le profil-type du chômeur pris en charge par les boîtes ou je voulais envoyer mon CV. Je manifeste mon étonnement qu’on puisse me trouver qualifiée pour un tel poste, j’y avais vaguement pensé ici et là, pensant qu’il fallait au moins avoir une trajectoire dans le commercial – je pense aussi avoir lu des offres d’emploi du créneau,  où ce background-là était évoqué. Mais ce qui compte pour elle, c’est le cumul de l’expérience en soins et ma formation en Haute Ecole de gestion, où j’avais des cours communs avec les gestionnaires d’entreprise ; j’y avais découvert que le commercial, ce n’est pas sâââle, et que les mêmes qualités de communication sont requises, certes sous un angle un peu différent. Pour m'éclairer, elle me parle de sa propre trajectoire, et de fil en aiguille, de son propre dada, la médecine parallèle… en somme, elle a comme moi un bel éventail de compétences certifiées, qui lui permet de puiser les outils qui lui paraissent les plus adéquats pour chacun: coaching, kinésiologie, et j'en passe.

 

En bref, je suis repartie un peu la tête dans les nuages ; puisque c’est le contact humain qui me motive dans mes recherches d’emploi et mes formations diverses, pourquoi pas là, et même, « Bon sang, » ça pourrait être « bien sûr ». En tout cas, je ne serais pas fâchée de m’éloigner du stéréotype de l’infirmière, qui donne lieu à tant de malentendus – j’en ai soupé des attentes inconscientes à l’égard des Florence Nightingale ! Les jobs alimentaires, j'en suis gavée.

 

Et puis cette dame est de loin celle qui m’a fait la meilleure impression des 5 personnes que j’ai vues ; et la seule qui a été faire un rapide calcul de tarif-horaire, m’assurant que je valais sur le marché ce que je pensais en effet valoir – une des agences m’a proposé bien moins. Du sérieux, quoi.

 

Well well well, c’est pas fait pour le poste de recruteuse: elle doit en parler à sa direction, et si c’est oui, il y a les tests de recrutement à passer. Et puis les conditions à discuter...

 

Mais ça fait du bien, je suis flattée.

 

Et puis le chat revient s’étendre contre moi, car la température est bien redescendue, vive la pluie et la couverture nuageuse, quel soulagement. Le thermomètre de Galilée a enfin fait remonter le premier ludion qui indique 26 C° et plus, donc on est à un 24 qui était un 22 tôt ce matin.

 

En somme, c’était un lundi plein de choses positives, car en plus je crois que j’ai sauvé un oiseau : en matinée, des pépiements de détresse dans mon hall m’ont alertée, ça braillait à tue-tête, Zorro lui tournant autour d’un air surpris. Une mésange, je crois, à laquelle il avait soustrait bien quelques plumes de queue, et qui a bondi dans un tas de linge d’où je l’ai sortie. Je l’ai crue mourante, visiblement son crâne avait été bien serré, et si les volatiles fonctionnent comme l’humain, alors le tableau me faisait penser à une hémorragie cérébrale : un côté inerte et recroquevillé, la patte rétractée, la tête ballottant sur le flanc.

Elle m’a chié de peur dans les mains, alors je me suis dit qu’il fallait la laisser dans un endroit sûr, dehors, pour qu’elle puisse récupérer seule et s’envoler si jamais elle en réchappait. Zorro bouclé dedans, la mésange est restée sur le côté un moment… quand je suis revenue voir, elle était sur ses deux pattes… et puis encore plus tard, plus de bestiole.

 

Un joli lundi, quoi. Et puis - oh vazy, rigole, mais les horoscopes de ces derniers jours concordent avec le sentiment que quelqu'un me protège.

 

Et j'ai sérieusement attaqué les travaux à rendre pour le brevet, je laisse reposer tout ça quelques jours pour mieux cerner les redondances, encore un chapitre à torcher et du travail d'élagage ensuite, car je dépasse le quota de signes. Quelques lectures aussi, pour émailler mon travail de citations - j'en vois le bout, et c'est pas dommage, ça fait juste 18 mois que ça pétouille!

 

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui, comme dirait Piéplu.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Clémentine
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Clémentine
  • Le blog de Clémentine
  • : Mmmhhh... voyons voir. Il va y avoir: - des billets d'humeur - les trucs du quotidien qui me font gondoler - vous aussi, si tout va bien - des réflexions éthiques (eh oui, je m'en pique) - les aventures de Zorro le chat, qui apprend la vie en sautant dans une baignoire ou des WC qu'il croit vide ou au couvercle rabattu - des choses comme ça, quoi
  • Contact

Recherche