Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2015 2 18 /08 /août /2015 09:57

 

 

Une nouvelle série policière à venir sur nos écrans ? En Espagne, la mairie d’une ville parle de mettre sur pied des analyses ADN pour traquer les maîtres qui ne ramassent pas les excréments de leur toutou.

C’est cool, parce que les trois versions des Experts s’essoufflent… ça repasse et repasse sur plusieurs chaînes à la fois, au point que c’est devenu un vrai challenge de pouvoir regarder un épisode qu’on aurait loupé.

 

Mais va savoir, peut-être que ça va relancer la machine ? Vous imaginez Grissom, Horatio ou Mac remonter la piste d’un meurtrier en plongeant un écouvillon dans les crottes de chiens… et pourquoi pas !

Car je ne connais pas de série télévisée rencontrant le succès sur le long terme, qui a un moment ou un autre n’ait dérapé vers de tortueuses intrigues à la limite du risible – faute de savoir renoncer à un programme juteux et en perte de vitesse, faute d’inspiration... ou des deux. A ma connaissance, il n’y a que « Friends » dont les scénaristes aient avoué tout de go qu’ils y mettaient fin parce qu’ils étaient à court d’idées.

 

Fââ, j’imagine les propriétaires tarragonais de canidés devant se rendre à la cacamétrie lors de l’acquisition d’un compagnon à 4 pattes ! Histoire qu’on puisse dûment les amender… Vous voyez le tableau, sinon : à la moindre pétole, déploiement du ruban métré des scènes de crime, photos avec petites échelles et marqueurs numérotés en plastique jaune, et pourquoi pas déposer l’amende sur la merde, avec un cure-dents piqué dedans…

 

Xxxx

 

Hier, demi-journée de tournée en soins à domicile à la limite du Gros-de-Vaud jurassien : ma dernière cliente me reconnaît, je patine un moment avant de la replacer, en imaginant tout-à-coup un casque de cheveux auburn à la place de sa tignasse grisâtre : on avait bossé ensemble il y a trente ans, elle me frappait déjà par son calme mesuré et sa lucidité, toute auxiliaire de santé qu’elle était. Elle aurait pu en remontrer à bien des badges bleus… Après une double mastectomie à 40 ans pour un cancer invasif, la voilà qui se tape une septicémie suite à une opération sur le canal lombaire, avec en malux quelques autres merdes supplémentaires en chemin. Emotion, partage, visite qui se prolonge… on se raconte nos parcours, tout en laissant son perroquet aller de l’une à l’autre, un ara d’un vert profond avec un bec orangé, une splendeur. Elle me dit avoir souvent pensé à moi depuis que j’avais quitté le service, et en fin de visite, embrassades sincères – elle glisse qu’il ne faudra pas attendre si longtemps pour se revoir, et je pense que je lui rendrai visite, en effet.

 

J’ai donc bossé dans la campagne, ça repose de la ville, et par le biais d’une agence qui paie des clopinettes, mais là ça valait l'os !

D’ici une heure, je monte en ville rencontrer ma future cheffe, comme recruteuse en agence intérimaire – pour autant que le cahier des charges et le salaire me semblent OK.

En tous cas, j’ai envie de tenter le coup ; je reste prudente toutefois, après deux expériences malheureuses avec des hiérarchies chiant dans leur froc devant les leurs, et protégeant leurs arrières et leurs conneries en cherchant les poux à leurs subalternes – du moins j’ai appris entretemps à repérer bien plus vite les doubles-messages. Mais d’ores et déjà, vu qu’à l’origine de cette idée il y a une belle rencontre entre deux personnes et une prise de risque mutuelle, quelque chose de rassurant se profile : cette fois, je n’ai pas l’impression qu’on m'a repérée parce que j’ai habilement répondu en entretien ou parce que mon CV présente toutes les garanties paperassières voulues, mais pour des aptitudes et des qualités que je possède réellement, et détectées par une fine mouche.

 

Et puis, après deux veilles de douze heures dans un célèbre hôpital psycho-gériatrique de la région, dégoûtée par les failles d’une organisation qui tente d’intégrer les nouvelles contraintes légales en louant ponctuellement les services de personnes avec diplôme, je réalise que je me sens une femme de paille, et que ça me gonfle. Disposant d’un petit pécule qui me permettra d’espacer les missions pour les mois à venir avant d’entrer en fonction, je vais m’autoriser à faire la fine bouche : plus de nuits du tout et restriction aux seuls soins à domicile, et pour des journées entières. Et je vais suspendre mon contrat avec l’agence qui paie un cinquième de moins que l’autre… faut pas charrier, quand même.

 

Ce dernier mois sort vraiment de l’ordinaire ! Au creux le plus bas de montagnes russes de plutôt sombres cogitations sur les dix ans à venir, me voilà plus que demandée : choisie, littéralement. Et par deux institutions - l’autre, je vais décliner sa proposition tout en soignant ma sortie, après une matinée d’observation prévue dans dix jours.

 

Et je termine sur une note futile, mais qui vaut son pesant de cahouètes : être libre de porter mes ongles longs et vernis, en plus de porter des vêtements normaux, ce serait la cerise sur le gâteau.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Clémentine
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Clémentine
  • Le blog de Clémentine
  • : Mmmhhh... voyons voir. Il va y avoir: - des billets d'humeur - les trucs du quotidien qui me font gondoler - vous aussi, si tout va bien - des réflexions éthiques (eh oui, je m'en pique) - les aventures de Zorro le chat, qui apprend la vie en sautant dans une baignoire ou des WC qu'il croit vide ou au couvercle rabattu - des choses comme ça, quoi
  • Contact

Recherche