Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 août 2015 2 04 /08 /août /2015 11:36

 

 

Café, clopes et vitamines au balcon ce matin. Incroyable, j’ai dormi jusqu’à 8 30 ce matin, moi qui me lève aux aurores même les jours de congé. Ado et jeune adulte, je dormais énormément ; mes heures de sommeil se sont réduites à 6 heures par nuit, progressivement. Un rythme de femme des cavernes, qui suit la lumière du jour…

 

Moins de contacts sociaux ces derniers temps me redonnent du champ : les jours où je travaille et échange avec une bonne douzaine de personnes, mes soirées ne supportent aucune intrusion, même au téléphone.

 

Bricolant à l’ordi sur le balcon, je suis exposée au regard des passants; parfois, mais rarement, je suis importunée comme ce matin. Un jeune type me parlant un mauvais anglais voulait absolument que je lui ouvre pour signer je ne sais quoi et probablement me soutirer du pognon. Je n’aime pas ignorer des appels, mais là, il a fallu trois « Non » et puis faire la sourde oreille pour qu’il décampe enfin.

La personne qui m’a hélée ensuite était une jeune maman toute souriante, galopant avec son pousse-pousse, qui s’est arrêtée le temps de me dire, hilare, que le chat Zorro la faisait marrer avec ses attitudes de guet, les pattes avant sur la rambarde comme un petit vieux qui se barbe. Comme le concierge passait par là, un court échange sympathique s’est ensuivi. La vie, comme ça, je l’aime.

 

Hier j’ai vu encore un autre recruteur; décidément, la différence des options et des questions posées en entretien est patente. Celui-là, sérieux comme un pape, m’a cuisinée par exemple sur ce que signifiait pour moi « compétences sociales ». Chacun sa méthode… Il s’est détendu et a même plaisanté ensuite, lorsque nous avons parlé de détails pratiques.

 

Je verrai après septembre, si je bosse encore en intérimaire, quelle agence me conviendra le mieux ; question de fric avant tout – l’une d’entre elles me paie un sixième de moins que les autres, alors ce sera vite vu je pense. Gagner sa croûte, voui – se brader… non.

 

Tiens, un appel pour demain, une demi-journée et pourquoi pas ? En août je suis relax, et puis après le silence de ces deux derniers mois en réponse à mes candidatures, le fait de me retrouver devant deux ouvertures est réconfortant : j’attends aujourd’hui de savoir si je peux aller passer les tests de recruteuse, et je vois dans une semaine un RH d’un EMS. Je peux me permettre le luxe de voir venir.

 

 

Hier aussi, mon client pasteur et son épouse sont venus pour avancer sur ses petits prêches; il est question de différencier la religion et la foi pour le thème actuel, et depuis deux rencontres on patinait un peu, il a tant de choses à dire que tout se téléscope. Alors j'ai proposé de travailler avec une carte mentale, on en a tiré des thèmes récurrents que je lui ai retransmis sur un doc Word, pour qu'il les explore un à un. Un fil conducteur se dessine, et grâce à sa femme qui a bien capté qu'il fallait expliquer des choses pour eux évidentes, je reçois de précieuses indications - lui connaît si bien la Bible qu'il m'inonde de versets entiers, dont il faudra extraire la substantifique moëlle pour souligner le propos, au lieu de les aligner les uns derrière les autres.

La séance nous a permis de sortir du fatras de 10 pages qu'il m'avait envoyé au départ, dans lequel je tentais d'entrer, ne voyant ni entrée ni chemin...

 

 

La météo est agréable, il fait un chouya étouffant, puis venteux léger, petite averses ici et là qui n’arrivent pas à démarrer vraiment…

 

 

Mon pote le Nick est de retour chez lui depuis hier après une virée à moto à Londres, histoire d’aller chercher du matériel qui lui aurait coûté bien plus cher à rapatrier par la poste - tout en rendant visite à des amis au passage. Histoire aussi de se nettoyer la tête des livres de compte que lui sert à présent son ex, soldant l’histoire par des reproches malvenus, évoquant des sacrifices jusqu’au lit - moche, quoi. Le Nick, qui est très séduisant mais pas macho pour un sou, se voit resservir les mêmes critiques qu’avec sa femme dont il divorce avec toutes les peines du monde : comment peut-on rendre son conjoint responsable quand on veut tellement que l’histoire continue qu’on en vient à lui mentir sur les accommodements proposés ? Quelle déconfiture pour lui, après avoir œuvré et pensé en croyant que tout allait bien et que les choses se disaient, que les « Non » étaient posés. Il lui faut quelqu'un qui ait assez d'estime de soi au départ, et ne l'écrase pas quand l'ego est regonflé.

 

Sachant qu’il allait gamberger pas mal en bouffant du kilomètre, je lui avais demandé de me signaler ses étapes, et de veiller à s’arrêter si sa vigilance menaçait de faiblir – et puis, pleurer dans un casque précarise la visibilité… Rennes, Calais, Londres, Douvres, Sainte-Croix, il est là, à nouveau. 

On a souvent et abondamment parlé ensemble, ces derniers mois, de ce qui chez lui peut contribuer à rencontrer des filles qui lui donnent puis lui reprochent tout : c’est un sauveteur, et il doit travailler, tout comme dans son boulot, à ne pas vouloir le bien de tous en se surinvestissant.

 

 

Fichtre, déjà 11 30… J’ai faim, et pas envie de manger. La journée est bien entamée, je suis mon rythme, je réfléchis à ce que je vais me coller dans le fusil : œuf brouillé et émincé de jambon fumé sur patates rôties, probablement.

Et puis il faudra aller chercher de quoi remplir le frigo tout à l’heure.

Tiens, voilà Micio, le chat des voisins, qui traverse la route tout tranquillement. Fais gaffe à tes abattis, l’ami.

 

Voilà toute mes préoccupations du moment, je les trouve bien légères, après avoir mangé la merde ces dernières semaines. La futilité à bonne dose, ça fait du bien.

Partager cet article

Repost 0
Published by Clémentine
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Clémentine
  • Le blog de Clémentine
  • : Mmmhhh... voyons voir. Il va y avoir: - des billets d'humeur - les trucs du quotidien qui me font gondoler - vous aussi, si tout va bien - des réflexions éthiques (eh oui, je m'en pique) - les aventures de Zorro le chat, qui apprend la vie en sautant dans une baignoire ou des WC qu'il croit vide ou au couvercle rabattu - des choses comme ça, quoi
  • Contact

Recherche