Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2015 6 26 /09 /septembre /2015 10:32

 

 

Késkispasse, là…

 

Hier, drôle de journée.

 

Vers les midis, j’ai eu un bizarre pressentiment : dans ma matinée, tout freinait, partait dans des chemins sans issue.

 

Une légère nausée psychique, voilà comment je peux le mieux décrire mon ressenti.

 

Commençons par la fin de journée : je me pointe au rendez-vous fixé par le carrossier pour arranger ma petite voiture, malmenée par un deux-roues - rétro hors d’usage, aile avant griffée.

 

Le gars me dit que le vendredi, ses gars finissent à l’heure où je débarque ; je suis formelle, c’est lui qui m’a fixé ce rendez-vous.

Il m’arrange le coup avec un employé encore dans les murs, en 15’ voilà la Hyundai replâtrée (c’est le mot : nettoyage des traces, colmatage au silicone, et une truellée de peinture aux irrégularités ben visibles - je m’en fous, c’est ce que nous avions convenu). Bon. Jusque-là, rien de grave, du moins je suis irréprochable pour la maréchaussée, c’est ce que je voulais avant tout, même si ma teuf-teuf a la gueule d’un opéré de bec-de-lièvre. Brave petit lego, de plus de 10 ans d’âge, et qui dispose depuis cet été d’un moteur à peu près neuf si j’ai bien compris les explications du garagiste qui a remplacé le joint de culasse mis indirectement hors d’usage par les fouines. Le coût de la réparation, endossé par l’assurance, avait dépassé le prix payé pour l’acheter… à garder, donc, ce petit véhicule !

 

Mais le truc le plus bizarre c’est, en début d’après-midi, de ne rencontrer que le big chief de l’établissement qui voulait tant m’engager comme fixe, au lieu de rencontrer ce monsieur et son adjointe. Et de m’entendre proposer de rejoindre le pool de réserve de la fondation, au lieu d’un contrat en bonne et due forme; me faisant miroiter une place fixe dès que possible, mais l’an prochain... c’est quoi  cette frilosité, tout-à-coup ? Alors que les feedbacks des deux côtés étaient plus que bons, après deux demi-journées d’observation.

La raison qu’on me donne, c’est que le quota disponible pour du fixe est diminué actuellement par le recrutement, entretemps, de deux personnes à temps plein. J'avais bien senti leur urgence, puisque deux personnes étaient sur le départ, et qu'une troisième était gravement enceinte, donc à la peine.

 

J’avais déjà trouvé étrange que l’adjointe me recontacte pour modifier l’heure du rendez-vous, en éludant soigneusement le fait qu’elle serait, elle, absente. Demandant le pourquoi de cette entrevue, je m’entends dire que l’on veut être sûr que tout le monde fait le bon choix. Houlà. Et en 20’ la discussion se terminait, avec le résultat que l’on sait.

Et la réassurance ferme du big chief qu’il se réjouissait de travailler avec moi, vu mes compétences de formatrice…

 

C’est quoi ce binz ? Je lance donc un e-mail  à ma conseillère pour relater factuellement l’état des lieux  et annoncer mon appel téléphonique, puis la joint dans la foulée : elle me répond qu’elle est en train d'aligner tous les jurons qu’elle connaît, à la lecture de mon message. Elle va les recontacter pour voir ce qui se passe.

 

Est-ce qu’ils essaient de la court-circuiter ? Car ce qui m’est demandé, c’est de renvoyer un dossier aux RH, en mon nom ; alors qu’ils ont déjà tout en main, via ma recruteuse !

Je vois se profiler une petite malhonnêteté : m’employer au pool le temps que le délai de carence de six mois soit passé (tout engagement fait dans ce temps doit passer par la conseillère, et lui sera rétribué). Et m’engager en fixe à ce moment-là… Je sais que je coûte cher, mais ils le savaient déjà, ça. Et le prix d’un engagement via des recruteurs est également élevé, mais alors pourquoi ne pas passer simplement une annonce dans les médias ?

 

Alors quoi… ben la méfiance s’installe de mon côté. Mettre en balance la loyauté à ma conseillère, ce n’est pas correct. Et le double-message entre des directions bicéphales, infirmère et RH, ça me met sur la défensive.

Et puis, changer de crémerie juste pour changer, quel avantage ? Et si le pourcentage est moindre que l’actuel, si je mets en compétition deux employeurs, c'est un mauvais coup pour moi.

Quelle solution ? Peut-être de faire valoir mon entrée au pool sous les conditions acceptées de part et d’autre jusqu’ici entre l’établissement, la recruteuse et moi-même. A voir si c’est faisable ! Je me fous de continuer encore l’intérim quelques mois, mais si comme par hasard on me proposait un poste fixe là-bas juste après ce fameux délai de carence, ce serait le pompon. Et si jamais j'acceptais, ce serait sans me sentir liée par aucune loyauté, vu ces étranges louvoyages.

 

Je relance donc mes recherches, j'ai repéré au moins deux offres intéressantes, dans des établissements où j’ai eu l’occasion de travailler en très bonne intelligence comme experte à des examens, et avec des personnes qui m’apprécient hautement. Et j’ai confié à ma recruteuse le soin de présenter mon dossier, bien sûr.

 

Besoin de clarté, de sincérité.

 

Et aucune angoisse liée à l’aspect matériel, j’ai bien assez en réserve pour voir venir.

 

Mais une dernière remarque... cet été, j’avais déjà vécu une histoire parallèle avec une autre institution, et ça me rappelle furieusement ce que j’avais compris de l’épisode : des RH, il y en a partout à présent, histoire d'assurer la qualité. Par contre, question communication entre la hiérarchie infirmière et ces services administratifs, ça patine. Gaffe où tu mets les pieds, l’agrume…

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Clémentine
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Clémentine
  • Le blog de Clémentine
  • : Mmmhhh... voyons voir. Il va y avoir: - des billets d'humeur - les trucs du quotidien qui me font gondoler - vous aussi, si tout va bien - des réflexions éthiques (eh oui, je m'en pique) - les aventures de Zorro le chat, qui apprend la vie en sautant dans une baignoire ou des WC qu'il croit vide ou au couvercle rabattu - des choses comme ça, quoi
  • Contact

Recherche