Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2015 1 09 /11 /novembre /2015 12:53

 

 

En attendant que mon client fidèle et pasteur de son état rapplique (fichtre, aurait-il oublié ? oui, il a oublié…), je savoure d’avoir viré par mail, à 12 21 très exactement, le dernier pan de travail dû à une autre cliente.

Elle a tant pris ses aises que sa version à corriger m’est parvenue avec 5 jours de retard. Ma foi… ça passe ou ça casse… il manque des bouts vu ce qu’elle m’a fourni, à ses risques et périls.

 

Tiens, il me vient une idée… la prochaine fois que je serai en retard pour quoi que ce soit, et parce que je n’ai pas su me préserver (comme elle), je me dirai que celui qui se sacrifie emmerde pas mal d’autres personnes que celle pour qui il se sacrifie. Pas oublier qu’on n’est pas Batman, et qu’infirmière est une profession, mais pas une vie.

 

 

Semaine en dents de scie : hier soir en prenant mon onction d’huiles calmantes qui rendent l’eau du bain toute bleue (magnifique !), sans lunettes ni verres de contact, je plissais les yeux pour retrouver ce que m’évoquait l’image floue des robinets et du mélangeur : un hybride de tête d’éléphant et d’oryctérope, visez l’engin… https://fr.wikipedia.org/wiki/Oryct%C3%A9rope_du_Cap, c’est juste pas possible cet animal, je croyais ne l’avoir vu que dans des BD de science-fiction, eh ben non.

Je venais de réaliser que mes lunettes d’il y a dix ans me donnaient meilleure vision que les actuelles, à l’ordi et en lisant le journal, … je pensais au prix que ça coûte, les verres progressifs… premier prix à 500 balles suisses, fait pas bon marché de vieillir, sacredié.

Déjà que le boulot de la cliente répertorie les risques liés au vieillissement, ça me fout la nostalgie de mes 20 ans concernant mes capacités sportives. Tiens, si c’était à refaire, je me mettrais au rugby, franchement, je commence à m’intéresser à ce sport, et pas simplement parce que les pantomimes de combat des All Blacks se voient partout en ce moment.

 

J’y mettrais bien tout ce que j’ai envoyé ces dernières trois décennies comme masse dans des sacs de sable, en tapant sur des piles de bottins avec un bon bâton, histoire de vidanger sans danger des colères monstrueuses montées en neige en famille.

 

Bon, je me scotcherais pas les oreilles au chatterton… et je ne porterais pas non plus un de ces immondes bonnets de protection qui me font trop penser aux couvre-chefs que je voyais sur la tête de filles aux longs cheveux quand j’étais môme et que j’apprenais à nager à la piscaille de Montétan. La vache qu’il y faisait froid, les murs étaient hauts et l’ombre glaciale. Fallait se démener pour se réchauffer... j'ai vite appris à nager, du coup.

 

Mais j’apprendrais bien un haka… et si j’étais bien libre de tout faire, je me tatouerais bien le visage avec les motifs en volutes que certains Maoris arborent. C’est bien beau, je trouve.

 

Là, je me donne moyen d’endurer les deux derniers jours du brevet fédéral, consacré à l’exposé de nos projets, mais sous forme de présentation marketing, comme si l’on était en forum-client ou devant un client-école potentiel.

Donc j’écris, tout en écoutant distraitement ma camarade, dont je connais bien le projet puisqu’elle fut ma partenaire de tandem de soutien, sur la fin du projet. D’autres vont suivre toute la journée… et pareil demain…. Et je serai la dernière à passer sur le trabetzet.

 

Je prends soin de mes bobos aussi : ma hanche refait un épisode de rhumatisme hydroxy-apatite - une saloperie de cristaux qui se fractionnent et migrent dans l’articulation, le long du ligament, du tendon et jusqu’à l’insert dans le quadriceps… me fait traîner la patte… et m’a valu un arrêt de travail il y a huit ans, plus une injection fessière d’anti-inflammatoires.

Quand c’est pas ça, c’est aut’chose : je serre les fesses en fin de tournée si je bosse une journée entière, mes lombo-sacrées râlant ferme. Ou alors c’est le dessus d’un pied qui pleuraille : chaussure inadaptée ?

Je serai contente de terminer cette période de travail tous les matins de semaine… mes démarrages tranquilles me manquent…

 

XXXX

 

Voilà les cours du brevet terminés : dernière journée accomplie, apéro de départ avec les responsables de la filière, dîner hier avec la volée, on va se revoir, quelle différence avec la volée de Neuchâtel que j’avais abandonnée au milieu du module tellement je ne supportais plus l’ambiance.

 

Comme tous les autres, j’ai présenté mon projet, je suis passée la dernière.  Et c’est à  eux-mêmes que je me suis adressée, faisant de ce moment une vraie séance de vente de service, avec preuves à l’appui et témoignage de certains camarades que j’avais dépanné en un tournemain. Quatre d’entre eux m’ont poursuivie à la pause pour me demander des précisions et s’assurer qu’ils pouvaient me contacter, et en particulier un responsable de secteur dans le domaine des assurances. J’ai également reçu des feedbacks intéressants sur ma manière de travailler… Et concernant mon travail écrit, j’ai reçu deux suggestions minimes qu’il ne me coûtait guère de satisfaire dans la foulée, surtout sachant qu’aucune des deux n’était obligatoire. Des bricoles expédiées en un rien de temps, dans l’entretien… et accomplies pendant qu’on faisait l’évaluation de la formation.

 

En bref, une bonne fin de formation ; je n’ai plus qu’à attendre les inscriptions à un cours, pour enfin convier ma formatrice à venir m’observer, dernière tâche à accomplir -  à part une auto-évaluation ensuite, et un feedback personnel sur les apports de ce dernier bout de formation.

 

Et quand j’aurai reçu ce foutu papier officiel des derniers modules, j’en serai quitte pour renvoyer les 4 papelards à la Fédération pour recevoir très officiellement le brevet en bonne et due forme, sans oublier de débourser les quelque 700 balles minimum pour obtenir ce bout de papier…

 

Fouchtra, on peut dire que je l’aurai voulu …

 

Déjà, plein de gens veulent se connecter avec moi sur LinkedIn, ben ça me va d’élargir mon agenda professionnel.

 

Reprise ce matin aux soins à dom’. Et comme j’ai un entretien d’embauche bientôt à un endroit que je guignais depuis le printemps, et où on m’avait promis de m’appeler si une place se libérait, j’ai demandé à la responsable d’équipe si elle était d’accord de me servir de personne de référence.

Non seulement elle a dit oui, mais aussi, elle l’a dit avec enthousiasme…

 

Alors avec le temps qu’il fait pour un mois de novembre, le ciel bleu et les arbres qui tiennent encore leurs feuilles, moi je bois du petit lait en ce moment !

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Clémentine
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Clémentine
  • Le blog de Clémentine
  • : Mmmhhh... voyons voir. Il va y avoir: - des billets d'humeur - les trucs du quotidien qui me font gondoler - vous aussi, si tout va bien - des réflexions éthiques (eh oui, je m'en pique) - les aventures de Zorro le chat, qui apprend la vie en sautant dans une baignoire ou des WC qu'il croit vide ou au couvercle rabattu - des choses comme ça, quoi
  • Contact

Recherche