Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2016 6 30 /01 /janvier /2016 08:59

 

Voilà, je m’apprête à signer mon contrat au poste que j’occupe en tant qu’intérimaire depuis 2 mois – avec un succès dont je ne me serais pas crue capable, bien contaminée par de précédents jugements de valeur qui m’avaient passagèrement démolie, l’été passé.

 

Un poste mieux rémunéré, en plus… et qui me permet d’exploiter mes capacités et mes acquis à un degré inattendu. Et me donne l’occasion d’aller prendre un peu l’air en assurant quelques visites de soins à domicile – ne pas perdre de vue le terrain, c’est important, ô combien.

Je suis responsable opérationnelle en Centre-médico-social, c’est un peu ronflant, mais ça fait son effet, quand il faut négocier avec un partenaire-médecin ou sa secrétaire récalcitrants, en particulier à signer les formulaires exigés par les assurances…

Cette fonction cumule un aspect « liaison » - faire le joint lors des retours à domicile ; un aspect « dépannage/ expertise », car je recueille les transmissions urgentes et moins urgentes du terrain, je les traite, les réaiguille ou reprends contact directement si ça chauffe. Et un aspect organisation des premières prises en charge…

Je réponds en première ligne aux téléphones extérieurs concernant les situations aiguës, complexes ou les deux, et parfois j’assume la fonction « piquet », le conseil aux équipes d’auxiliaires œuvrant sur le terrain.

D’autres trucs vont se rajouter, des justifications de facturation, des manœuvres informatiques pour mettre en ordre la filière des processus-dossiers…

Je bosse avec deux ordinateurs ouverts en éventail, et au moins 7 applications-fenêtres ouvertes et réduites de manière à pouvoir s’afficher simultanément.

 

La principale difficulté que je rencontre, c’est d’arriver à stopper toute intrusion intempestive dans mon bureau quand je jongle avec les programmations des soins, et tout le processus de validation des demandes et des quittances de la part des planificatrices.

Stratégie : ne pas tourner la tête, lever juste une main pour signaler que je serai dispo quand j’aurai fini de rentrer les données en cours. Sinon - et même comme ça – je suis à la merci de n’importe quel collaborateur qui déboule comme un gosse impatient qui vient faire part du problème du moment – « mon nounours a perdu un œil », c’est à ça qu’ils me font penser parfois… et de planter ma procédure.

J’ai du mal à comprendre pourquoi ils font ça… moi qui ne surgis jamais dans un bureau en interpellant les gens, mais attends qu’ils puissent m’écouter. D’abord un : c’est pô poli. Ensuite, je sais ce qu’il en coûte de se laisser distraire, de perdre le fil, et de tout devoir vérifier encore ensuite, lorsque l’urgent souci qui a amené le collègue est posé et réglé.

Heureusement, je suis seule dans mon bureau, pas loin des équipiers ; je peux fermer la porte et suite à une remarque innocente qui a eu de la portée, les supports administratifs aux auxiliaires de santé ne sont plus dans un meuble de mon bureau – elles sont choux, mais je fatigue de les entendre se parler à elles-mêmes, ou de m’adresser une requête qui devrait être amenée plutôt aux planificatrices.

Je fais connaissance avec un aspect de ce boulot qui me confère du pouvoir – et je dois réguler ça aussi, je déteste avoir barre sur quelqu’un, sauf lorsqu’il me menace.

 

 

Il reste que le partenariat avec les responsables d’équipe est très agréable, ma cheffe directe est, comme pour elles, la responsable de centre.

 

Et je dois peaufiner ma sortie du rôle de dépanneuse en programmation informatique – paradoxalement, c’est ce qui m’a permis de faire remarquer mes capacités et de me voir proposer ce remplacement… et pendant ces deux derniers mois, d’opérer une transition douce vers ce qu’est réellement mon rôle à partir de lundi prochain.

Car à présent, je dois leur redonner leurs bébés, sans les lâcher : actuellement, on est en plein patinage artistique concernant des protocoles de passage assez touffus, pour mettre des gouttes oculaires chez les patients opérés de la cataracte.

 

Hier, j’ai été rencontrer quelqu’un qui devait me servir de marraine, mais qui a des méthodes si différentes des miennes que je vais aller chercher ressource ailleurs, si j’en ai besoin. On a comparé des formules pour programmer ces foutues gouttes, rien n’est plus simple qu’autre chose, et je me suis divertie intérieurement à la regarder prétendre qu’elle pouvait faire tout ça en une demi-heure, pour réaliser finalement que d’une manière ou d’une autre, c’est du caca à la dispersion, on ne s’en sort guère à moins de dix programmations différentes, et plusieurs heures de boulot pour poser, vérifier, faire vérifier ; vérifier que la programmation a passé chez les planificatrices, qui utilisent une autre application !!!

Je vais donc finaliser un guide-âne pour leur faciliter le travail, mais ne plus le faire à leur place – ceci dit, c’était bien que je me collette avec la problématique, je vois bien que c’est merdique pour tout le monde, ça bouffe un temps et une énergie de dingue. En plus, j’ai fait ce dont je me croyais incapable… c'est réparateur. Heureusement, il n’y a que deux schémas de traitement pour ces opérations, et le premier est déjà fait.

 

 

A part ça, mon brevet fédéral est assuré, c’est enfin fini. Je reprends pied de partout en zone ferme, moi qui flottais depuis… 18 mois. Et en super-zone de confort, de tous côtés.

 

Vais pouvoir développer mon activité de formatrice… reprendre la construction de mon site… tranquillement… me faire plaisir dans mon domaine d’excellence.

 

Un job ni trop près ni trop loin…

 

Mais que demande le peuple.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Clémentine
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Clémentine
  • Le blog de Clémentine
  • : Mmmhhh... voyons voir. Il va y avoir: - des billets d'humeur - les trucs du quotidien qui me font gondoler - vous aussi, si tout va bien - des réflexions éthiques (eh oui, je m'en pique) - les aventures de Zorro le chat, qui apprend la vie en sautant dans une baignoire ou des WC qu'il croit vide ou au couvercle rabattu - des choses comme ça, quoi
  • Contact

Recherche