Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2016 2 05 /04 /avril /2016 17:16

Hey, allez lire ça d'abord... dans la série "Indignations vertueuses".

 

http://www.24heures.ch/suisse/serrer-main-prof-dispense-explosive/story/14724205

 

Culture, croyance, morales qui se télescopent. C’est marrant comme le même argument peut se retrouver dans le discours de deux supposés antagonistes… Si ma morale personnelle comprend la poignée de main comme salutation usuelle parmi tant d'autres chez nous, je préfère faire appel à l’éthique pour réfléchir à cette barbe-à-papa aux relents de racisme religieux.

 

 

La poignée de main est un faux problème ; car pour ma part, ce petit cérémoniel peut également prendre des allures d’exclusion - notamment lorsque je serre la main à quelqu’un alors que j’ai fait la bise à d’autres dans le même groupe.

J’ai vexé un body-builder hypersensible de cette manière, il y a quelques années. Je connaissais quelques personnes du groupe réuni au fin fond du trou-du-cul du monde pour une formation d’une semaine, je les ai bisoutées ; et je le voyais, lui, pour la première fois, donc… poignée de main. Les gens que je vois pour la première fois, je les salue ainsi. Si après un moment en leur compagnie je me sens OK pour une bise, va pour la bise en fin de rencontre.

 

Comme quoi le concept de la-poignée-de-main-comme-partie-intégrante-de-notre-culture-ici, ben je dis «prout ».

 

 

Alors, éthiquement parlant, qu’est-ce qui rend une habitude de suisse prioritaire sur une vision religieuse musulmane… je ne vois pas. Ce n’est pas là que se situe le manque de respect. Car si ces élèves vont saluer leur prof sans serrer sa main, mais avec respect, où est le problème ?

Toutes ces prises de tête autour de foulards, de christ-en-croix et compagnie.

Là je dis « grosse fatigue ». Et parle à mon boot, là, car ma tête est malade.

 

Et même s’il n’est pas expressément interdit de serrer la main d’une femme dans la religion musulmane, faudrait pas que le « non-interdit » devienne un argument pour obliger le monde. Là, on est dans la zone du libre-arbitre. Pour un pays réputé neutre, fââ, je trouve qu’on est mauvais, là… et qu’une conseillère fédérale s’exprime de manière aussi tranchée, je trouve curieux. Je me rappelle le pataquès qui avait suivi le port du foulard par notre Calmy-Rey lors d’une visite diplomatique je ne sais plus où… mais elle s’est juste montrée polie… alors quoi… les coléoptères en ont marre de se faire empapaouter...

 

Tiens, si on pouvait juste transvaser l’énergie utilisée pour s’indigner sur de pareilles vétilles dans un container qui recueillerait de quoi faire roupiller tous les couche-dehors de Suisse au chaud, ça en ferait pas mal qui dormiraient dans un local chauffé et sur un matelas.

 

On perd le sens de la mesure, là.

 

 

A quand l’interdiction d’avoir la tête qu’on a ? Le délit de sale gueule va-t-il bientôt entrer dans la Constitution ?

 

 

Bon, quoi d'autre... deuxième entretien de période d'essai... les choses s'arrangent. Mais ma cheffe projette ses trouilles à elle: comment faire rentrer le volet "vérification de la facturation" dans mes journées, qui ont l'air déjà bien remplies? Là, je percute enfin que sa perception des choses n'était pas accidentellement faussée la dernière fois (j'avais dû lui faire corriger plusieurs trucs), mais que ça doit être intrinsèque: elle m'avait déjà parlé d'une cadence de travail à améliorer, je ne voyais pas trop de quoi elle voulait parler... la réponse est simple, j'adapte ma cadence à ma charge de travail. S'il faut schader, je schade. Sinon, ben tranquille Emile. Faudra que je me souvienne de ça à son sujet: pas me laisser impressionner par la remarque - d'autant plus qu'elle me dit en même temps que je fais les choses bien plus vite qu'elle (normal, je fais ça tous les jours, elle le fait 4 fois dans l'année... et le protocole qu'elle était si contente de recevoir, ben elle l'a même pas utilisé et du coup elle s'est plantée propre-en-ordre). Dans le même temps, elle est dans la croyance que je n'ai pas encore abordé le chapitre, alors qu'on y est en plein depuis plus d'une semaine... Houlà, on se remet à jour, et vite!

 

Bref. Dernier entretien le 21 avril, donc là j'empoigne le taureau par les cornes: demain, mise au point d'une stratégie pour chequer si mes listes de travail sont complètement abordées, objectif pour moi: que cela soit le cas d'ici 3 semaines.

On cause aussi de son inquiétude de me voir partir si les changements à venir me perturbent trop... ça, c'est pas mon problème, de toute façon, je suis une nomade - et elle aussi, elle me l'avoue, elle ne va pas terminer sa carrière à ce poste.

 
Et c'est clair que si je trouve mieux, c'est-à-dire dans la formation, c'est bonsoir bonne nuit!
 
 
 

Un de ces 4, je ramène là-bas mon futon pliable, pour faire la sieste entre 12 45 et 13 25... hop.

 
Quel drôle d'échange.
 
 
 
Bon, c'est l'heure des "Reines du shopping".  Tshaw, à la prochaine.
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Clémentine
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Clémentine
  • Le blog de Clémentine
  • : Mmmhhh... voyons voir. Il va y avoir: - des billets d'humeur - les trucs du quotidien qui me font gondoler - vous aussi, si tout va bien - des réflexions éthiques (eh oui, je m'en pique) - les aventures de Zorro le chat, qui apprend la vie en sautant dans une baignoire ou des WC qu'il croit vide ou au couvercle rabattu - des choses comme ça, quoi
  • Contact

Recherche