Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 11:29

 

 

 

Trois semaines et demi pile pour revenir à la normale après avoir réduit les doses de médocs… je savais que ça devait attendre tout ce temps-là. Après le retour de mes facultés habituelles il y a une dizaine de jours, je guettais le moment où reviendrait mon humeur guillerette de cet hiver - contente d’aller bosser sur le terrain, de prendre du bon temps pour me consacrer à mon projet personnel : développer mes activités d’écrivain public, chargée de cours en HES et Cie, finaliser les démarches adminstratives pour faire enregistrer mon brevet de formatrice d'adultes.

 
 

 

 

Voilà, ce matin, mon sentiment intime de paix et d’accord est revenu.

 

Expérience intéressante, à tout le moins : le surdosage se manifestait par effet paradoxal, léthargie et aphorie voire dysphorie. Anhédonie en tous cas, plus rien ne me tentait, ne me faisait plaisir.

 
Là, je soigne une vilaine trachéite, à la toux spectaculaire mais sans plus, et je regarde monter mon thermomètre de Galilée : plus qu'un ludion encore à la surface, celui qui signe 26°. Heureusement que ma masseuse d'enfer a proposé de me prendre en traitement mardi plutôt que demain, sa thérapie est un sauna en fin de journée.
 
Encore un week-end au calme, ça fait trois semaines que je carbure au ralenti, peu de missions car elles sautent les une après les autres; dans le fond, ça m'arrange pour cette période, mais je change de crémerie, il y a des agences plus fiables que d'autres.
 

Donc, à partir de lundi, je teste une nouvelle tranche de vie professionnelle : un CDD en soins à domicile, assez loin de chez moi, mais pas plus que si j’allais bosser en ville avec les bus pour me présenter bottée et casquée après visite au vestiaire. Au passage, petite remarque perfide : scandaleux, cette captation de temps que représente le changement de tenue avant de se présenter sur le lieu de travail et après, on devrait être payés en tous cas 20’ de plus par jour, et défrayés du temps pris à faire la queue pour échanger les uniformes… voilà qui foutrait pas mal en l’air l’économie des soins hospitaliers, hein : 9000 collaborateurs de CHU multipliés par un tiers d’heure à payer par jour de travail, faudrait alors choisir entre la justice et quel équipement, quel budget de formation, quel portefeuille de projet, pour rétribuer équitablement ceux qui suent, toutes catégories confondues ?

 
Oh, tais-te voire, l'agrume... elle disait, la psy spécialisée en prise en charge HP, que chercher la justesse plutôt que la justice était intéressant dans un certain contexte. Voué. Dans un certain contexte.

 

 

Bref. 40’ de bagnole aller simple, c’est sûr que carbobilan-parlant, c’est pas le top. Mais heureusement, le Nick, prof émérite de sa spécialité et bonne source de renseignements, rit de ces projections destinées à culpabiliser les dirigeants, mais qui n’atteignent au coeur que ceux qui sont capables de sacrifier un peu plus d’un maigre confort:  on dirait que moins l'être humain est responsable, plus il cultive un peu naïvement une tendance spectaculaire à s’auto-fustiger, et à jouer les Christ-en-croix - va savoir par quel manoeuvre retorse de l’esprit certains en arrivent à rallonger leur journée de travail et à payer la peau du cul les transports publics, pour se sentir partie prenante  (douteuse et non-prouvée) du ralentissement de la fonte des calottes glaciaires… c’est comme la disparition des espèces, ça existait avant nous, ça existera après nous, nous infléchissons simplement une courbe par une prédation indirecte, malgré tous nos efforts pour sauver les pandas.

 

On en est juste conscients, alors on sort les disciplines, et vlan, et vlan. Mais comme crise d'orgueil, ça se pose un peu là, non?

 
 
 
 

 

 
Et puis 40', c'est juste le temps de méditer au volant, pour digérer son démarrage, puis les événements de la journée.

 

 

 

Où j’en étais, moi… ah oui. Trois jours de travail par semaine, ponctuels. Jusqu’à fin septembre. Ce qui me laisse loisir de lancer des filets ici et là, et de voir quel genre de poisson revient. Nick est bientôt en vacances, on va pouvoir enfin torcher cet article sur l‘accompagnement des étudiants HES en structure, écriture et défense de mémoire.

 

L’autre jour, j’ai vu Flo, que je connais et vois de loin en loin depuis l’adolescence – petite amie puis épouse d’un gars de la région où ma chère mère m’avait transplantée sans pitié l‘année du bac. Ayant pris la même voie professionnelle, on s’est recroisées ici et là, et ces dernières années, elle m’a donné plusieurs pistes intéressantes, vu que nous croisons dans les mêmes parages formatifs au final.

 

Elle m’a parlé, avant une séance d’aquagym (hé oui, je commence à penser plus « prévention des dégâts de l‘arthrose » que sport…) de plusieurs créneaux – comme la correction de tests, le passage d’examens, bref, une panoplie de possibilités qui tout en fragmentant les mandats, me donnerait plus de liberté de les augmenter ou de les réduire ici et là au gré du développement de toutes les activités hors-soins.

 

 

Quoi d'autre... ah oui, j’ai concouru pour un prix annuel, en mettant en avant mon cours de recherche internet pour ceux-qui-se-sentent-largués parce qu’ils ne sont pas nés avec la souris dans la main. Cours valable également, je m’en suis rendue compte aussi et grâce à Nick, pour ceux qui pensent être tout-à-fait au point (dont lui – tout prof et presque geek qu’il est, suivre le cours pour le tester avant de le proposer aux étudiants lui a ouvert de nouvelles pistes, voilà qui est parlant, comme publicité !

 

Au fait, si ça vous intéresse, ou quelqu’un de votre entourage, faites-moi signe par commentaire interposé… je couvre la Romandie… le montage du cours a fait l'objet de mon mémoire de brevet fédéral, mon évaluateur m'a félicitée, le cours évolue bien quel que soit le public, l'autre évaluatrice m'en a fait un feedback du tonnerre d'Ouessant... que du bonheur.)

 

 

Voilà donc le mood de ce 23 juin, 11 h et des poussières, le temps est enfin de saison, et il fait des 30° ici et là en Francophonie, vé peuchère, je me sens l’âme d’une fille du sud qui pratique la méridienne…

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Clémentine
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Clémentine
  • Le blog de Clémentine
  • : Mmmhhh... voyons voir. Il va y avoir: - des billets d'humeur - les trucs du quotidien qui me font gondoler - vous aussi, si tout va bien - des réflexions éthiques (eh oui, je m'en pique) - les aventures de Zorro le chat, qui apprend la vie en sautant dans une baignoire ou des WC qu'il croit vide ou au couvercle rabattu - des choses comme ça, quoi
  • Contact

Recherche